Page:Gide - Principes d’économie politique.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un plus haut prix la liberté que l’égalité, et s’efforce de transformer peu à peu la part de solidarité fatale qui nous régit en une solidarité contractuelle, ou du moins librement acceptée, seul moyen par lequel ce fait puisse acquérir une valeur morale.

Au reste elle n’est pas hostile à l’intervention de l’État toutes les fois que sous forme de réglementation sur le travail, sur les logements insalubres, ou sur les falsifications de denrées, la loi tend à prévenir la dégradation des masses, ou même encore quand par certaines formes d’association ou de prévoyance obligatoires, ou en empêchant les abus du droit de propriété, la loi tend à inculquer dans tes diverses classes de la nation l’esprit de solidarité. Sans doute, comme nous venons de le dire, la solidarité n’acquiert une valeur morale qu’autant qu’elle devient voulue, mais justement la solidarité imposée par la loi peut être indispensable pour préparer le terrain sur lequel s’épanouira plus tard la coopération libre[1].

Par son principe comme par son programme qui consiste surtout dans l’association libre, cette doctrine a le rare privilège de rallier des adhérents venus des camps les plus opposés, du vieux socialisme idéaliste français de Fourier et de Leroux, du positivisme d’Auguste Comte, du socialisme évangélique de Carlyle et de Ruskin, et des laboratoires de biologie. Peut-être doit-elle cette bonne fortune au fait que son programme est encore assez indéterminé.

  1. Cette école compte plus d’adhérents à ce jour parmi les philosophes et les sociologues que parmi les économistes proprement dits. Citons : Fouillée et Guyau, passim ; Wundt, Ethik ;– Secrétan, Civilisation et croyance et Le principe de la morale ; Metchnikoff, Les grands fleuves historiques ; Durkheim, La division du travail ; Funck-Brentano, L’homme et sa destinée ; Marion. La solidarité morale ; Izoulet, Cité moderne ; Bourgeois, La solidarité ; Tarde, L’opposition universelle. V. aussi notre conférence sur L’Ecole nouvelle dans un volume publié à Genève en 1890 « Quatre écoles d’économie sociale », et notre article La solidarité comme programme économique dans la Revue internationale de sociologie, octobre 1893.