Page:Gilbert - Le Dix-huitième Siècle, 1775.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Par fois, faute de fonds, Monſeigneur eſt Marchand ;
Et l’élegant Médor, pour éteindre ſes dettes,
Met ſa jeune tendreſſe aux gages des Coquettes :
D’Orimond, pour ſuffire aux frais de ſon amour,
Adjuge au plus offrant les faveurs de la Cour :
Que dirai-je d’Arcas ? quand ſa tête blanchie,
En tremblant, ſur ſon ſein ſe panche appeſantie ;
Quand ſon corps, vainement de parfums inondé ;
Trahit les maux ſecrets dont il eſt obſédé ;
Sultan goutteux, Arcas a, dit-on, vingt maîtreſſes ;
C’eſt l’uſage : & pour prix de leurs fauſſes careſſes,
Cent louis qu’il emprunte, à chaque Iris portés,
Chez elle, tous les mois, arrivent, bien comptés :
Mais tout ce Peuple, ami, de créanciers antiques
Qui, le long du chemin répétant leurs ſuppliques,
Vont toujours voir Arcas qui n’eſt jamais chez lui,…
Arcas, pour s’acquitter, leur promet ſon appui.
Plus de foi ; plus d’honneur. L’himen n’eſt qu’une mode,
Un lien de fortune, un veuvage commode
Où, chaque époux brûlé de contraires deſirs,
Vit, ſous le même nom, libre dans ſes plaiſirs.
Vois-tu parmi ces Grands leurs compagnes hardies
Imiter leurs excès, par eux-même applaudies ;
Dans un corps délicat porter un cœur d’airain,
Oppoſer au mépris un front toujours ſerein ;