Page:Giraudoux - Électre.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Il t’a donc embrassée sans permission. Avoue-le, Agathe, ou je pars !

AGATHE. – Me contraindre à cet aveu ! C’est bien fait pour ma franchise ! Oui, il m’a embrassée… Une seule fois… Et sur le front.

LE JEUNE HOMME. – Et tu ne trouves pas cela horrible ?

AGATHE. – Horrible ? Épouvantable.

LE JEUNE HOMME. – Et tu n’en souffres pas.

AGATHE. – Pas du tout… Ah, si j’en souffre ? À mourir ! À mourir ! Embrasse-moi, chéri. Maintenant tu sais tout, et au fond j’en suis heureuse. Tu n’aimes pas mieux que tout soit clair entre nous ?

LE JEUNE HOMME. – Oui. Je préfère tout au mensonge.

AGATHE. – Quelle gentille façon de dire que tu me préfères à tout, mon amour !…

Agathe et le jeune homme sortent.



Scène III


{{center|Électre, Oreste, le