Page:Giraudoux - Électre.djvu/186

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


le souvenir de ton père. Tu nous y contrains. Merci… Pas sous l’oiseau. Cet oiseau m’agace. Mais dès que l’oiseau sera parti, je consens.

ÉGISTHE. – Ne vous donnez pas tant de peine, reine. Je ne vous épouse pas pour accumuler de nouveaux mensonges. Je ne sais si je vous aime encore, et la ville entière doute que vous m’ayez jamais aimé. Depuis dix ans notre liaison se traîne entre l’indifférence et l’oubli. Mais ce mariage est la seule façon de rejeter un peu de vérité dans le mensonge passé, et il est la sauvegarde d’Argos. Il aura lieu dans l’heure même.

ÉLECTRE. – Je ne crois pas qu’il aura lieu.

LE PRÉSIDENT. – Bravo !

ÉGISTHE. – Vas-tu enfin te taire ! Qui es-tu, dans Argos ? Mari trompé ou chef de justice ?

LE PRÉSIDENT. – Les deux, sans conteste.

ÉGISTHE. – Alors choisis. Moi je n’ai