Page:Giraudoux - Électre.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


si doucement. On en tuerait des douzaines, de rois des rois, si c’était cela le meurtre. Mais la haine de Clytemnestre grandissait pour celui qui s’était débattu si bêtement, si férocement, car elle savait que chaque nuit elle verrait dans un cauchemar ce massacre. Et c’est bien ce qui arriva. Et c’est bien là le compte de son crime. Voilà sept ans qu’elle l’a tué : elle l’a tué trois mille fois.

Oreste est entré pendant le récit.

LA FEMME NARSÈS. – Voilà le jeune homme ! Qu’il est beau !

LE MENDIANT. – De la beauté du jeune Égisthe.

ORESTE. – Où sont ils, Électre ?

ÉLECTRE. – Oreste chéri !

LA FEMME NARSÈS. – Dans la cour du sud.

ORESTE. – À tout à l’heure, Électre, et pour toujours !

ÉLECTRE. – Va, mon amour.

ORESTE. – Pourquoi t’interrompre, mendiant ?