Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


entre autres, vont être sauvés par votre nuit.

ALCMÈNE. — Charissa ? Cela s’appelle du chantage.

MERCURE. — La santé et le bonheur sont le seul chantage des dieux… Vous entendez ? Ces chants, cette musique, cet enthousiasme, c’est à vous qu’ils s’adressent. Thèbes entière sait que vous recevrez ce soir Jupiter, et s’orne, et s’égaye pour vous. Les malades, les pauvres, tous ceux qui vous devront la vie et le bonheur, Jupiter les guérira ou les comblera sur son passage, au coucher du soleil. Vous voilà prévenue. Adieu, Alcmène.

ALCMÈNE. — Ah ! c’était là cette victoire ! Vous partez, Mercure ?

MERCURE. — Je pars. Je vais prévenir Jupiter que vous l’attendez.

ALCMÈNE. — Vous mentirez. Je ne peux pas l’attendre.