Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JUPITER. — L’univers n’est plus que tristesse. Les fleurs sont sans parfum. Les animaux portent bas la tête !

ALCMÈNE. — Vous ne le guéririez pas ?

JUPITER. — Évidemment si ! Que je suis bête !

ALCMÈNE. — C’est ce que les dieux oublient toujours. Ils ont pitié des malades, ils détestent les méchants. Ils oublient seulement de guérir, de punir. Mais en somme vous avez compris. L’examen est très passable.

JUPITER. — Chère Alcmène…

ALCMÈNE. — Ne souriez pas ainsi, Jupiter, ne soyez pas cruel ! N’avez-vous donc jamais cédé devant une de vos créatures ?

JUPITER. — Je n’ai jamais eu cette occasion.

ALCMÈNE. — Vous l’avez. La laisserez-vous échapper ?

JUPITER. — Relève-toi, Alcmène. Il est temps que tu reçoives ta récompense. Depuis ce matin, j’admire ton courage et ton obstination, et comme tu ourdis tes ruses avec loyauté, et comme tu es sincère dans tes mensonges. Tu m’as attendri, et si tu trouves un moyen de justifier ton refus devant les Thébains, je ne t’impose pas cette nuit ma présence.

ALCMÈNE. — Pourquoi en parler aux Thébains ? Que le monde entier me croie votre maîtresse, vous pensez bien que je l’accepte, et qu’Amphitryon l’acceptera ! Cela nous fera des envieux, mais il nous sera agréable de souffrir pour vous.

JUPITER. — Viens dans mes bras, Alcmène, et dis-moi adieu.

ALCMÈNE. — Dans les bras d’un ami, ô Jupiter, j’y cours !

LA VOIX CÉLESTE. — Adieux d’Alcmène et de son amant Jupiter.

ALCMÈNE. — Vous avez entendu ?

JUPITER. — J’ai entendu.

ALCMÈNE. — Mon amant Jupiter ?

JUPITER. — Amant veut dire aussi ami ; une voix céleste peut employer le style noble.

ALCMÈNE. — J’ai peur, Jupiter, tant de choses sont troublées tout à coup en moi par ce seul mot !

JUPITER. — Rassure-toi.

LA VOIX CÉLESTE. — Adieux de Jupiter et de sa maîtresse Alcmène.

JUPITER. — C’est quelque farce de Mercure. J’y vais mettre bon ordre. Mais qu’as-tu, Alcmène ? Pourquoi cette pâleur ? Faut-il te le redire, j’accepte l’amitié.

ALCMÈNE. — Sans réserves ?

JUPITER. — Sans réserves.

ALCMÈNE. — Vous l’acceptez bien vite ! Vous montrez une vive satisfaction à l’accepter !

JUPITER. — C’est que je suis satisfait.