Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SOSIE. — Cela m’étonnerait, je suis Sosie. Qu’attends-tu ? Sonne !

LE TROMPETTE. — Que dit-elle, votre proclamation ?

SOSIE. — Tu vas l’entendre.

LE TROMPETTE. — C’est pour un objet perdu ?

SOSIE. — Pour un objet retrouvé. Sonne, te dis-je !

LE TROMPETTE. — Tu ne penses pas que je vais sonner sans savoir de quoi il s’agit ?

SOSIE. — Tu n’as pas le choix, tu n’as qu’une note à ta trompette.

LE TROMPETTE. — Je n’ai qu’une note à ma trompette, mais je suis compositeur d’hymnes.

SOSIE. — D’hymnes à une note ? Dépêche-toi. Orion paraît.

LE TROMPETTE. — Orion paraît, mais, si je suis célèbre parmi les trompettes à une note, c’est qu’avant de sonner,