Page:Glénard - De la sangle pelvienne contre l’entéroptose.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
-- 8 --

blement la sangle hypogastrique… à toutes les ceintures je préfère la sangle hypogastrique de M. Glénard. Elle est plus simple, moins coûteuse, comprime et soulève très bien l’hypogastre, et, avec quelques modifications, s’appliquè à tous les ventres, pendants ou excavés. Cette sangle est aujourd’hui si répandue qu’il est à peine besoin de la décrire. » Et M. Lyon [1] : « Rien ne peut remplacer la sangle de Glénard, qui procure’ aux malades un soulagement tel que la plupart ne peuvent la quitter même un instant. Cette ceinture, ainsi que nous l’avons dit, relève les organes prolabés, augmente la tension de la cavité abdominale et répond par conséquent d’une façon parfaite aux indications essentielles qu’elle doit remplir ».

Enfin une cause d’échec peut s’ajouter à toutes les autres, c’est le cas où, le diagnostic d’entéroptose ayant été posé et une ceinture dite Glénard, de bonne qualité, ayant été bien appliquée, le malade n’est pas soulagé ou même supporte mal sa ceinture. Dans ce cas, il y a eu erreur de diagnostic, il ne s’agit pas d’une entéroptose, ou bien l’entéroptose, est compliquée. J’ai estimé, d’après mon expérience personnelle, à 8 p. 100, la proportion des cas où cette erreur peut-être commise, même par le filédecin le plus averti, et moi-même je n’échappe pas à cette règle [2]. En tous cas, cette erreur est la seule explication plausible que je puisse trouver à l’opinion avancée par deux médecins, M. Saquet [3], masseur, et M. Deschamps [4], électricien, que la sangle est nuisible dans l’entéroptose et qu’il suffit, d’après le premier, de trois mois de massage ou, suivant le second, de trois mois d’électricité pour guérir cette maladie !

De tout cela il résulte que je file trouve dans l’obligation, pour éviter ces contradictions et ces contestations, de reprendre, à l’exemple d’Aufrecht, la question de la sangle et d’exposer ; sa raison d’être, ses indications, ses caractères constitutifs, son mode d’application. Je ne regrette pas cette obligation, car j’y trouve l’occasion de décrire les perfectionnements que fai pu tout récemment, grâce à des circonstances exceptionnelles, faire apporter à sa fabrication.


  1. GASTON LYON. Gastropathies et Enteropathies d’origine statique. Gaz. hop. 8 nov. 1902.
  2. F. GLÉNARD. Néphroptose et Entéroptose. Communic. Soc. méd. hóp. Paris, Bull. Soc. méd. hôp., 28 décembre 1893.
  3. SAQUET. Action trophique du massage abdominal léger. Congrès méd. Paris, 1900.
  4. DESCHAMPS. Cure radicale de la ptose abdominale. Suppression desceintures de contention. Bull. Soc. Thérap. no. 15, 23 nov. 1904.