Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vous vous rappelez quelle fut ma joie lorsque j’appris votre nom ! Ce nom glorieux, je l’écris aujourd’hui, pour qu’il me porte bonheur, en tête du petit livre, — qui me rappellera la soirée heureuse entre toutes où cet honneur m’a été donné de serrer votre main pour la première fois.

Acceptez ces quelques rimes frivoles, je vous en prie, et croyez-moi, chère et grande artiste,

Votre admirateur fervent,
Albert Glatigny.