Page:Gleason - Premier péché, 1902.djvu/85

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
85
Premier péché

La chute d’un Ange


Je les avais connus tous deux, au temps de leurs amours, et la jolie fiancée m’énumérait, avec extase, toutes les perfections de cet être idéal, à nul autre pareil… Elle terminait généralement le concert par ce refrain modulé dans les notes extatiques : « C’est un ange !  ! » Tout d’abord, naïvement, je me laissai prendre à cette émotion tendre, et sur le même air, mais bien bas, je soufflais — un ange ! — Plus tard, la monotonie de ce chant me rendit sceptique, et je faisais un tout petit hum, qu’elle croyait approbateur, lorsque le malheureux avait une tendance moqueuse, qui échappait à la belle en frais d’escalader les parvis angéliques.

Puis, revenant sur la terre, elle me regardait, avec de beaux yeux pleins de tendresse : « Vois-tu, il n’y en a qu’un comme cela ! (un ange…) et il est pour moi !… » Veinarde, va !

Elle m’aurait rendue jalouse, cette charmante amie, si bien vite elle n’avait épousé son séraphin. Je me rappelle qu’à la messe du mariage, je laissais les vilains sentiments de l’envie envahir mon âme, puis bien vite, me reprenant avec ferveur, je disais : Mon Dieu, pardonnez, mais je ne puis me défendre d’envier le sort de cette heureuse, qui épouse la perfection faite homme, et comme il n’y en a qu’un, je ne puis guère avoir l’espoir d’un si grand bonheur… À ce moment-là, j’eus l’idée de regarder attentivement le marié : il avait une bonne tête, mais son expression n’était pas précisément séraphique, et même je lui trouvai un petit air prétentieux qui me replongea brusquement dans les réalités terrestres.

J’eus conscience alors que l’amour aveugle bizarrement les êtres les plus raisonnables.

* * *

Six mois après, dans un intérieur bien capitonné, je retrouve mes tourtereaux. On m’accueille avec des exclamations joyeuses qui ne peuvent me laisser aucun doute sur la sincérité du plaisir de me revoir. C’était charmant. Elle était gentille comme tout, ma petite amie, dans son rôle de maîtresse de maison, mais lui… Eh bien ! lui, il avait l’air de s’embêter consciencieusement.