Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ALTMAYER, à Frosch.

Ah ! ah ! tu commences déjà à te lécher les lèvres.

FROSCH.

Bon ! si j’ai le choix, il me faut du vin du Rhin ; la patrie produit toujours ce qu’il y a de mieux.

MÉPHISTOPHÉLÈS, piquant un trou dans le rebord de la table, à la place où Frosch s’assied.

Procurez-moi un peu de cire pour servir de bouchons.

ALTMAYER.

Ah ça ! voici de l’escamotage.

MÉPHISTOPHÉLÈS, à Brander.

Et Vous ?

BRANDER.

Je désirerais du vin de Champagne, et qu’il fût bien mousseux !

(Méphistophélès continue de forer, et pendant ce tems, quelqu’un a fait des bouchons et les a enfoncés dans les trous.)