Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MÉPHISTOPHÉLÈS, à Faust.

Comment trouves-tu ces aimables animaux ?

FAUST.

Les plus dégoûtans que j’ai jamais vus.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Non ! un discours comme celui-là est justement ce qui me convient le mieux.

(Aux animaux.)

Au moins, dites-moi, malhonnêtes,
Qu’est-ce que vous brassez ainsi ?

LES ANIMAUX.


Nous cuisons la soupe des bêtes.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Vous avez bien du monde ici !

LE CHAT, s’approche et flatte Méphistophélès.

Ô jouons tous deux,
Et fais ma fortune ;
Un peu de pécune,
Me rendrait heureux.