Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tu répands la soupe,
Et tu rôtis ma peau !
Oh ! la maudite troupe !

(Apercevant Faust et Méphistophélès.)

Que vois-je ici ?
Qui peut entrer ainsi
Dans mon laboratoire ?
À moi, mon vieux grimoire !
À vous le feu !
Vos os vont voir beau jeu !

(Elle plonge l’écumoire dans la marmite, et lance les flammes après Faust, Méphistophélès et les animaux. Les animaux hurlent.)
MÉPHISTOPHÉLÈS lève l’éventail qu’il tient à la main, et frappe à droite et à gauche sur les verres et les pots.

En deux ! en deux
Ustensiles de sorcières,
Vieux flacons, vieux pots, vieux verres !…..
En deux ! en deux !
Toi, tu m’as l’air bien hardie ;
Attends, un bâton
Va régler le ton
De ta mélodie.

(Pendant que la sorcière recule, pleine de colère et d’effroi.)