Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


travagans, cette dégoûtante sorcellerie, me sont assez connus, et je les hais assez.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Chantons ! ce n’est que pour rire, ne fais donc pas tant l’homme grave ! Elle doit, comme médecin, faire un hocuspocus, afin que la liqueur te soit profitable.

(Il contraint Faust d’entrer dans le cercle.)


LA SORCIÈRE, avec beaucoup d’emphase, prend le livre pour déclamer.

Ami, crois à mon système :
Avec un, dix tu feras ;
Avec deux et trois de même,
Ainsi tu t’enrichiras.
Passe le quatrième
Le cinquième et le sixième,
La sorcière l’a dit :
Le septième et huitième
Seront traités de même….
C’est là que finit
L’œuvre de la Sorcière :
Si neuf est un,
Dix n’est aucun,
Voilà tout le mystère !