Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je ne sais si je dois…

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Pouvez-vous le demander ? Vous pensez peut-être à garder le trésor : en ce cas je conseille à votre avarice de m’épargner le tems qui est si cher, et une peine plus longue. Je n’espère point de vous voir jamais plus sensé ; j’ai beau, pour cela, me gratter la tête, me frotter les mains...

(Il met la cassette dans l’armoire, et en referme la serrure.)

Allons, venez vite ! vous voulez amener à vos vœux et à vos désirs l’aimable jeune fille, et vous voilà planté, comme si vous alliez entrer dans l’auditoire, et comme si la physique et la métaphysique étaient là devant vous en personnes vivantes. Venez donc.

(Ils sortent.)
MARGUERITE, avec une lampe.

Que l’air ici est épais et étouffant !

(Elle ouvre la fenêtre.)