Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/223

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MARGUERITE.

Allons, vous vous moquerez de moi.

(Elle effeuille et murmure tout bas.)
FAUST.

Que murmures-tu ?

MARGUERITE, à demi-voix.

Il m’aime. — Il ne m’aime pas.

FAUST.

Douce figure du ciel !

MARGUERITE continue.

Il m’aime. — Non. — Il m’aime. — Non….

(Arrachant le dernier pétale, avec une joie douce.)

Il m’aime !

FAUST.

Oui, mon enfant ; que l’expression de cette fleur soit pour toi l’oracle des dieux ! Il t’aime ! comprends-tu ce que cela signifie ? il t’aime !

(Il prend ses deux mains.)