Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


serais assez diable pour ne pas m’accorder un tel bonheur.

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Un plaisir surnaturel ! S’étendre la nuit sur les montagnes humides de rosée, embrasser avec délice la terre et le ciel, s’enfler d’une sorte de divinité, pénétrer avec transport par la pensée jusqu’à la moelle de la terre, repasser en son sein tous les six jours de la création, bientôt se répandre délicieusement dans le grand tout, dépouiller entièrement tout ce qu’on a d’humain, et finir cette haute contemplation....

(Avec un geste.)

Je n’ose dire comment.........

FAUST.

Fi de toi !

MÉPHISTOPHÉLÈS.

Cela ne peut vous plaire, vous avez raison de dire l’honnête fi. On n’ose nommer devant de chastes oreilles ce dont les cœurs