Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au gré de ma tendresse
Puis-je le retenir ?

Ô caresses de flamme !
Que je voudrais un jour
Voir s’exhaler mon ame
Dans ses baisers d’amour !



Jardin de Marthe.


MARGUERITE, FAUST.
MARGUERITE.

Promets-moi, Henri !…

FAUST.

Tout ce que je puis.

MARGUERITE.

Dis-moi donc, quelle religion as-tu ? Tu es un homme d’un cœur excellent, mais je crois que tu n’as guère de piété.