Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’abord une fleurette, puis une caresse, si bien que sa fleur est loin.

MARGUERITE.

La pauvre créature !

LISETTE.

Plains-la encore ! Quand nous étions seules à filer, et que le soir nos mères ne nous laissaient pas descendre, elle s’asseyait agréablement avec son amoureux sur le banc de la porte, et dans l’allée sombre, il n’y avait pas pour eux d’heure assez longue ; elle peut aussi maintenant aller s’humilier à l’église en cilice de pénitent.

MARGUERITE.

Il la prend sans doute pour sa femme.

LISETTE.

Il serait bien fou ; un garçon dispos a bien assez d’air autre part. Il a pris sa volée....