Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE AUTRE VOIX.

Par celle d’Ilsenstein, où j’aperçois une chouette dans son nid, qui me fait des yeux.....

UNE VOIX.

Oh ! viens donc en enfer ; pourquoi cours-tu si vite ?

UNE AUTRE VOIX.

Elle m’a mordu : vois quelle blessure !

SORCIÈRES. Chœur.

La route est longue, et les passans
Sont très-nombreux et très-bruyans ;
Maint balai se brise ou s’arrête,
L’enfant crie, et la mère pète.

SORCIERS. Demi-chœur.

Messieurs, nous montons mal vraiment,
Les femmes sont toujours devant ;
Quand le Diable les met en danse,
Elles ont mille pas d’avance.

AUTRE DEMI-CHŒUR.

Voilà parler comme il convient ;
Pour aller au palais du maître,