Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


PROCTOPHANTASMIST.

Maudites gens ! Qu’est-ce qui se passe entre vous ? Ne vous a-t-on pas instruit dès long-tems ? Jamais un esprit ne se tient sur ses pieds ordinaires. Vous dansez maintenant comme nous autres hommes.

LA BELLE, dansant.

Qu’est-ce qu’il veut dans notre bal, celui-ci ?

FAUST, dansant.

Eh ! il est le même en tout. Il faut qu’il juge ce que les autres dansent. S’il au trouvait point à dire son avis sur un pas, le pas serait comme non-avenu. Ce qui le pique le plus, c’est de nous voir avancer. Si vous vouliez tourner en cercle, comme il fait dans son vieux moulin, à chaque tour, il trouverait tout bon, surtout si vous aviez bien soin de le saluer.

PROCTOPHANTASMIST.

Vous êtes donc toujours là ! Non, c’est