Page:Goethe-Nerval - Faust 1828.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cité réduit à rien !… Faut-il qu’une vision aussi sublime, un misérable valet la puisse anéantir !

Vagner, en robe de chambre et bonnet de nuit, une lampe à la main. Faust se détourne avec mauvaise humeur.
VAGNER.

Pardonnez ! Je vous entendais déclamer ; vous lisez sûrement une tragédie grecque, et je pourrais profiter dans cet art, qui est aujourd’hui fort en faveur. J’ai entendu dire souvent qu’un comédien peut en remontrer à un prêtre.

FAUST.

Oui, si le prêtre est un comédien, comme il peut bien arriver de notre tems.

VAGNER.

Ah ! quand on est ainsi relégué dans son cabinet, et qu’on voit le monde à peine les jours de fêtes, par une lunette et de