Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Leur ronde, en jouant, se rapprochait de lui ; il entendait leurs voix.

— Allons jouer au corbeau ! Jouons au corbeau ! — bruissent-elles comme les roseaux de la rive touchés à l’heure calme du crépuscule par les lèvres aériennes du vent.

— Et qui sera le corbeau ?

On tira au sort et une jeune fille sortit de la foule. Levko se mit à l’examiner. Son visage, ses vètements ne la distinguaient pas des autres. On remarquait seulement qu’elle remplissait malgré elle ce rôle. La foule s’est dispersée pour échapper aux atteintes de l’ennemi rapace.

— Non ! je ne veux pas être le corbeau, dit la jeune fille épuisée, il me répugne d’enlever les poussins à leurs pauvres mères.

— Tu n’es pas la sorcière ! pensa Levko.

— Qui sera donc le corbeau ?

Les jeunes filles se réunirent de nouveau pour tirer au sort.

— C’est moi qui serai le corbeau ! fit l’une d’elles en s’avançant.

Levko se mit à l’examiner attentivement. Rapide et ardente, elle poursuivait la bande