Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée




CHAPITRE VI
RÉVEIL


— Dormai-je donc ? se dit Levko en se levant. Tout était pourtant si réel, si vivant !… c’est étrange ! étrange ! répéta-t-il en regardant autour de lui.

La lune, qui était rayonnante au-dessus de sa tête, indiquait minuit. Partout le silence. Un froid montait de l’étang, aux bords duquel se dressait tristement la vieille maison aux volets clos. La mousse et l’herbe sauvage témoignaient de son long abandon. Il détendit alors sa main qui s’était crispée pendant son sommeil et jeta un cri de surprise en y découvrant le billet.

— Oh ! si je savais lire ! pensa-t-il en le tournant en tous sens. À ce moment, il entendit du bruit derrière lui.