Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


jusqu’à lui, — je te marie. Seulement, tu goûteras tout d’abord du knout ; tu sais, celui qui est suspendu chez moi au mur près des ikônes. Tu l’étrenneras demain. Où as-tu pris ce billet ?

Levko, malgré la stupeur qu’il éprouvait de la tournure prise par son affaire, eut le bon sens de rouler dans sa tête une autre réponse et de cacher la véritable origine du billet.

— J’étais sorti hier soir, je m’étais rendu en ville et j’ai rencontré le commissaire qui descendait de voiture. En apprenant que je suis de ce village, il me remit ce billet et m’ordonna de t’apprendre de vive voix, père, qu’à son retour, il viendra dîner chez nous.

— Il te l’a dit ?

— Il me l’a dit.

— Entendez-vous ? dit le bailli avec importance en s’adressant à ses compagnons. Le commissaire, en personne, viendra chez nous, c’est-à-dire, chez moi, dîner ! Oh !… et le bailli éleva son index et inclina la tête comme quelqu’un qui écoute le commissaire ! — Entendez-vous, le commissaire viendra chez moi ! Qu’en penses-tu, maître scribe ? et loi, com-