Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


père ? Ce n’est pas un petit honneur, n’est-ce pas ?

— Autant que je me souviens, surenchérit le scribe, jamais bailli ne reçut à dîner un commissaire.

— Il y a bailli et bailli — fit le bailli en se rengorgeant ; sa bouche se contracta et quelque chose comme un rire pénible et enroué, ressemblant plutôt à un grondement lointain de tonnerre, retentit sur ses lèvres. — Qu’en penses-tu ? maître scribe, il faudrait pour un pareil hôte donner ordre que, de chaque khata, on apporte au moins un jeune poulet, et puis de la toile et quelque chose encore… Hein !…

— Il faudrait, il faudrait, maître bailli.

— Et à quand la noce, père ? demanda Levko.

— La noce ! Je t’en donnerai de la noce… Mais, en l’honneur d’un hôte de cette importance, demain le pope vous mariera. Allez au diable !… que le commissaire voie ce que c’est que l’exactitude ! Et maintenant, enfants, allons dormir… rentrez chez vous, l’événement de cette nuit me rappelle le temps où je…