Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— Qui vous a dit que ce sont mes propres paroles ?

— Il n’y a pas à en douter ; c’est même imprimé : raconté par un tel… sacristain.

— Eh bien ! crachez-lui sur la figure, à celui qui a imprimé cela. Il ment, ce fils de chien ! ce Moscovite ! Est-ce de cette manière que j’aurais raconté cette histoire ? Il faudrait avoir une araignée dans la tête ! Écoutez plutôt, je vais vous la raconter telle qu’elle est.

Nous nous approchâmes de la table et il commença.

Mon grand-père (Dieu ait son âme ! Qu’il ne mange dans l’autre monde que des petits pains au lait et des gâteaux de miel) mon grand-père savait très bien raconter. Quand une fois il s’était mis en train, on n’aurait pas bougé de sa place d’une journée pour l’écouter. Ce n’était pas un de ces hâbleurs d’aujourd’hui qui cherchent à vous en imposer et traînent leurs récits avec une langue pâteuse, comme s’ils n’avaient pas mangé depuis trois jours ; c’est à saisir son bonnet et à se sauver.