Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


du matin. Elle ouvrit ses yeux tout grands, comme si elle venait seulement de s’éveiller, quand il lui demanda une cruche d’eau-de-vie mesurant presque un demi-seau, C’est en vain que le malheureux pensait noyer son chagrin. L’eau-de-vie lui produisait sur la langue le même effet que des piqûres d’orties et lui semblait plus amère que l’absinthe. Il jeta la cruche par terre.

— Cesse de te chagriner, Cosaque, gronda tout à coup derrière lui une voix de basse.

Petrus se retourna : c’était Basavriouk. Quel masque ! les cheveux comme du crin ! les yeux, des yeux de bœuf !

— Je sais ce qu’il te manque, dit-il, voilà quoi !

Et alors, avec un sourire diabolique, il fit résonner la bourse en cuir pendue à sa ceinture.

Petro tressaillit.

— Hé ! hé ! comme ça brille !… ricanait-il en versant en pluie, d’une main dans l’autre, les écus qu’il avait tirés de sa bourse, Hé ! Hé ! Hé ! comme ça sonne ! Et cependant,