Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


verve. Enfin le conteur se tut tout à fait, et commença à tressaillir à chaque bruit.

— Eh ! eh ! pays. Je vois que tu te mets sérieusement à compter les hiboux. Tu penses déjà à te sauver au plus vite chez toi et à remonter sur ton poêle !

— Eh bien ! je ne veux pas vous cacher la chose, dit tout à coup le Zaporogue en se tournant vers ses compagnons et en fixant ses yeux sur eux. — Sachez que mon âme est vendue depuis longtemps au Malin.

— Eh ! qu’est-ce que cela fait ? Qui dans sa vie, n’a pas eu d’affaire à débrouiller avec les impurs. C’est précisément alors qu’il faut, comme on dit, faire la noce à tout casser.

— Eh ! compagnons, je nocerais bien ; mais il se trouve que précisément cette nuit les délais sont expirés. Eh ! frères, dit-il, en tapant dans leurs mains, venez-moi en aide, ne dormez pas de cette nuit ; de ma vie, je n’oublierai votre service.

Comment ne pas venir en aide à un homme dans un si grand malheur ! Mon grand-père déclara aussitôt qu’il donnerait plutôt à couper l’oceledets de sa propre tête, que de lais-