Page:Gogol HalperineKaminsky - Veillees de l Ukraine.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


serai plus fort encore contre mon cœur, — oui, ma fille, je te donnerai des boucles d’oreilles et des colliers plus éclatants encore. Et le sotnik amena dans la maison sa jeune femme.

Elle était belle, cette jeune femme ; rose et blanche était cette jeune femme.

Mais elle jeta sur la jeune fille un regard si effrayant que celle-ci poussa un cri ; et, de toute la journée, la sévère marâtre ne lui adressa pas la parole. Le sotnik gagna avec sa femme la chambre à coucher. Dans sa chambre, également, s’enferma la blanche demoiselle ; elle se sentait accablée et se mit à pleurer. Elle lève les yeux : un horrible chat noir s’est glissé furtivement jusqu’à elle ; ses poils flamboient, ses griffes de fer résonnent sur le plancher. Epouvantée, elle saute sur un banc, le chat monte après elle. Elle saute sur le poêle et le chat la suit encore ; et soudain, il se jette à son cou et cherche à l’étrangler. Elle l’arrache avec un cri et le jette par terre ; de nouveau le terrible chat s’approche d’elle. La colère la prend ; un sabre était accroché au mur, elle le saisit et