Page:Goldenweiser - Le Crime comme peine, la peine comme crime.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


proposé par Tolstoï au tribunal criminel, n’approchera pas de la vérité dans quelque ordre que soient exécutées les procédures de l’enquête et elle n’en serait pas plus fausse si ces procédures étaient mélangées en tas.

La métaphysique du travail des juges à la cour de cassation ne peut pas, de fait, ne pas transformer cette institution en autre chose que ce qu’elle doit être par son idée, quoique artificielle.

Des individus vivants ne peuvent pas, d’après la conviction inébranlable de Tolstoï, travailler sur une instigation morte. Et ce sont des instigations vivantes qui pénètrent dans l’âme des sénateurs, pendant qu’ils se trouvent dans la salle des délibérations et sous l’impression desquelles ils donnent leurs suffrages. Seulement ces investigations n’ont rien de commun ni avec l’idée de revision, ni, moins encore, avec le but vivant du jugement de ses semblables.

L’impression pénible ressentie par Nekludoff au sénat est augmentée par le contraste entre le vide et la sécheresse de son œuvre et la magnificence de son installation ainsi que la solennité de sa mise en scène et que renforce encore le nombre considérable de fonctionnaires tous très polis et très avenants. La perplexité de Nekludoff devant la signification de cette instance judiciaire apparaît déjà vaguement dans la scène où le suffisant avocat Tanarine lui lit le pourvoi en cassation de Catherine Maslow. Le rapport de cette affaire au sénat, pas plus que celui de la cause précédente concer-