Page:Goncourt - Journal, t5, 1891.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


donner de son talent, c’est qu’il est le premier qui ait mis dans le bronze et dans le marbre, la vie nerveuse de la chair.

Dimanche, 26 mai. — Le manifeste de l’école réaliste, on ne va guère le chercher où il est. Il est dans Werther, quand Goethe dit par la bouche de son héros : « Cela me confirme dans ma résolution de m’en tenir uniquement à la nature. » Et il ajoute : « Toute règle, quoi qu’on dise, étouffera le sentiment de sa nature et sa véritable expression. »

Mardi 28 mai. — On cherchait aujourd’hui les raisons de la puissance de résistance des hommes, nés autour de l’année 1800. On la mettait sur le compte de l’équilibre du système nerveux, de l’abstention du tabac. Cette puissance ne la doivent-ils pas plutôt à la virginité de leur jeunesse. C’est le cas de Thiers, de Guizot, de Hugo, et de bien d’autres. Guizot et Hugo, ont pu devenir des érotiques, leur prime jeunesse a été chaste. Et Saint-Victor rappelait que Marc-Aurèle remercia Frontin, de l’avoir éloigné de la volupté et de la femme ; jusqu’à l’âge d’homme.

Dimanche 1er juin. — Avec les années, le vide que