Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 140 —

et plus dolanz quant il verroit qu’il ne se porroit aidier [1] ne jouer. Ausi seroit il de ces chaitis qui sont mis en enfer, que nous vous voulons ci deviser pour mieux [2] finer nostre livre.

Ore oiez, si vous deviserons comment enfer siet el milieu de la terre, et de quel nature il est, et des painnes dures [F° 77 a] que cil ont qui laienz sont mis. Vous avez bien oÿ et comment li ·iiii· element se [3] tiennent li uns en l’autre par nature ; si que la terre est en mi et se tient el milieu du firmament. Tout ausi a dedenz la terre ·i· lieu qui a non abisme et terre de perdicion. Itant vous di je de celui lieu qu’il est [4] plains de feu et de souffre [5] ; et est hideus et puanz, et plains d’ordure et de toute male aventure. Si est larges dedenz, et par desus est estroiz.

[F° 77 b] Quanqu’il chiet la dedenz font en une heure. Li sousfres, qui touz jourz art et font, destruit [6] tout et confont et art. Ne ja riens n’i ara [7] finement qu’il n’arde [8] touz jourz san [9] fin. Touz jourz art adès, et touz jourz renaist et ne puet morir quanque est mis la dedenz. Car cil lieus est de tele nature que quant plus art et plus dure longuement.

Cil lieus a touz les maus a sa partie. La tient la mort son estandart, qui envoie par tout [F° 77 c] le monde querre ceuls qui siens [10] sont, qui qu’en ait joie ne tristece. Laienz viennent touz les mauvais a porz.

Cil lieus a non terre de mort [11]. Car les ames qui la sont portées i sont a toz [12] jourz sanz fin. Toutes i muerent en vivant, et touz jorz [13] vivent en mourant [14]. La mort si est lor [15] vie et leur viande.

Mort les [16] tient adès en son commandement. Ce est li estans du feu qui font. Et tout ausi comme la pierre affonde [17] [F° 77 d] dedenz la mer, quant ele i est getée, et ne sera jamais veüe [18], ausi y affondent [19] les ames toutes au [20] fonz qui touz jourz ardent [21] et fondent. Ne pour ce ne fenissent mie ; ainz comperent leur folie nuit et jourz [22], et feront touz jourz sanz fin. Car chose qui soit esperitel ne puet jamais mourir [23], si qu’ele soit du tout morte. Mais la mort les conforte adès.

Ame ne puet mourir [24], puis qu’ele est hors de son cors. Ainz la couvient touz jourz languir. [F° 78 a] Ne jamais n’avront se mal non [25].

C’est la terre d’oblivion. Car l’en oublie touz ceus [26] qui la sont, ausi comme il oublierent [27] en cest siecle celui qui est plains [28] de pitié. Et pour ce les a il mis en oubli [29], si que jamais merci n’aront [30] en cele terre tene-

  1. — B : soulacier.
  2. — B : por miex.
  3. — A : si.
  4. — B : qui est.
  5. — B : soufre.
  6. — B : et destruit.
  7. — B : avra.
  8. — B : qui n’arde.
  9. — B : sanz.
  10. — B : sien.
  11. — B : port. Cil lieus terre de mort a non.
  12. — B : touz.
  13. — B : jourz.
  14. — B : morant.
  15. — B : leur.
  16. — B : Mort si les.
  17. — B : afonde.
  18. — B : sera ja puis veüe.
  19. — B : afondent.
  20. — B : as.
  21. — A : ardenz ; B : ardent. Le changement de t en z se présente deux fois dans le manuscrit A : « ardenz », et « estoiz » f° 116 b. Ces formes sont isolées dans le manuscrit et ne sont pas confirmées.
  22. — B : jour.
  23. — B : jamès morir.
  24. — B : morir.
  25. — R : Ne jamaiz de lors qu’elle est en enfer n’aura si non tout mal.
  26. — B : ceuls.
  27. — B : oblierent
  28. — B : plain.
  29. — B : obli.
  30. — B : avront.