Page:Gossuin - L’Image du monde, édition Prior, 1913.djvu/178

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 170 —

apele en latin eclipse, ce est de lumiere defaute [1] : Si avient en tele maniere que, quant la [F° 102 a] lune qui est desouz s’en vient entre nous et le soleill [2], tout adès en la droite ligne [3], si couvient que ele nous contienne [4] la clarté du soleill [5] en haut, si qu’il nous samble qu’il defaille [6].

Car la lune si n’est pas si pure que li solaus [7] puisse outre luire, si comme parmi une austre estoile ; tout autresi [8] comme d’une chandoile [9] qui seroit loing de vostre esgart, puis tendissiez vostre palme [10] endroit la chandoile [11]. Ne point n’en verriez [12] cele part. [F° 102 b] Et quant plus metroiz la main endroit, tant mains verroiz de la chandoile, tant que point n’en verroiz [13] enqui. Autresi vous di je de l’eclipse [14], qu’entre la lune et li solaus [15] n’a [16] pas une voie commune. Ainz a la lune une autre voie qui se desvoie un pou de cele. Pour ce si nous couvient entendre que, qui porroit estendre ·i· fil [17] de vostre esgart tot [18] droit jusques au souleill quant l’en le voit, ausi est cele [19] lingne tendue dont souventes [F° 102 c] foiz se decline la lune, ou de ça ou de la, chascun mois, comme cele qui va tout adès par desouz le soleill. Mès [20] quant de cele lingne est si [21] près que ele passe tout droit par mi, si nous toult [22] ainsi le soleill, si que nous ne le poons pas [23] veoir tant comme ele soit en cel pas. Car lors fait ele ombre a la terre, qui les rais du soleill [24] encombre a venir cele part seur terre, ou endroit le soleil se serre. Et cil qui lors sont cele part ont en leur [F° 102 d] repart l’ombre darrieres [25].

Mais il n’apert pas communement a tote [26] gent par tout le monde. Car la lune n’est pas si granz [27] comme la terre de grant partie ; pour ce ne s’ombroie pas tote [28], fors la ou ele chiet en la voie de la lingne qui adroit [29] se serre par [30] mi la terre et le souleill. Dont li philosophe soloient [31] aler la ou il la [32] savoient. Car il l’avoient quis par leur sens pour prouver les jors [33] et le tens [34] et les choses qui avenoient ; dont il es-[F° 103 a]prouvoient maintes choses, par quoi il prisoient plus Nostre Seigneur.

Ainsi veons nous de ça jus l’eclipse [35] du soleill desus nous, quant la lune est endroit desouz, tant que la lune rest [36] plus basse. Car li solaus [37] passe la lingne et s’en vait adès esloignant, et qu’il apert ausi [38] comme

  1. — B : eclypse ; ce est defaute de lumiere.
  2. — B : souleill.
  3. — B : lingne.
  4. — A : au lieu de : « qu’ele nous contiengne » il y a : « que les nons contiengne » ; N : qu’ele nos contieingne ; B : que ele nous contiengne.
  5. — B : souleill.
  6. — B : si qui nous samble que ele faille.
  7. — B : soulaus.
  8. — B : ausi.
  9. — B : chandoille.
  10. — b : paume.
  11. — B et N : chandoille a vostre veüe. Vous ne verriez pas la clarté de la chandoile. Ne...
  12. — B : point ne verriez. « en » manque.
  13. — B : verrez.
  14. — B : eclypse.
  15. — B : soulaus.
  16. — A : ont.
  17. — B : fill.
  18. — B : tout.
  19. — B : est de cele.
  20. — B : souleill. Mais...
  21. — A : « si » manque.
  22. — B : tolt.
  23. — A : par.
  24. — B : souleill.
  25. — B : ont l’ombre en leur regart darrieres.
  26. — B : toute.
  27. — B : grant.
  28. — B : toute.
  29. — B : adès.
  30. — B : serre droitement par.
  31. — B : phylosophe qui lors estoient souloient.
  32. — B : « la » manque.
  33. — B : jours.
  34. — B : tans.
  35. — B : eclypse.
  36. — B : est.
  37. — B : souleuls.
  38. — B : aussi.