Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/117

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les troupes allemandes évacuaient après une brève occupation ? Non, décidément on ne comprend pas le but de ces mesures odieuses. C’est le mal pour le mal. Ainsi jadis le Peau-Rouge attachait ses prisonniers au poteau et s’amusait à les torturer. Peut-être pourrait-on y voir un but secret, celui de créer entre les deux pays une inimitié éternelle ? S’il en est ainsi, reconnaissons qu’ils ont réussi, car des procédés si lâches ne peuvent jamais être pardonnés. Ils ont semé dans les provinces du nord de la France et en Belgique de la haine, de l’horreur et du mépris pour des siècles. Mais ne croyons pas à des desseins si profonds. Pour moi je n’hésite pas à percevoir derrière tous ces actes plus encore que les mauvais instincts du sauvage, la stupidité de la brute. Qu’ils aient pour principe tout ce qui est utile est légitime, soit. Mais, dans les faits relatés dans le second rapport Payelle, l’utilité n’apparait jamais. C’est pourquoi, il n’y a rien à comprendre, mais il faut se souvenir et penser aux représailles. Pas de Tolstoïsme, mais du Biblisme, de l’implacable Biblisme.