Page:Grave - Les Aventures de Nono.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l'énergie ; des yeux très doux corrigeaient ce que l'expression du visage aurait pu avoir de trop sévère.

Entouré par les enfants, il leur distribuait de petites corbeilles et de petits sécateurs appropriés à leurs forces. Tous tendaient les mains, criant : Moi ! moi, Labor !

— Et ma sœur Liberta n'aura donc personne pour l'aider aujourd'hui ? fit Labor en souriant et montrant une jeune femme en grande robe flottante, couleur vert d'eau, la chevelure dénouée retombant sur les épaules.

— Moi j'y suis allé ce matin, firent plusieurs garçons et filles.

— Oh ! moi, je veux bien y aller, fit Biquette.

— Moi aussi, moi aussi, firent plusieurs autres, et s'emparant de petits seaux que la jeune femme leur tendait, ils la suivirent vers un bâtiment situé à l'extrémité de la pelouse.

Nono regardait sans rien dire, se tenant près de Mab et de Hans, qui étaient restés près de Labor.

— Prends donc une corbeille, fit Hans, en