Page:Groulx - L'appel de la race, 1923.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
LE COIN S’INTRODUIT

tout d’une pièce dans son lointain descendant. Une calvitie commençante élargissait le front déjà vaste. La figure gardait bien quelques lignes trop dures, trop glaciales, rançon de l’âme d’emprunt que l’homme s’était donnée ; mais les yeux, la voix corrigeaient cette froideur trop raide : les premiers, par leur bleu profond, par un éclair, un air impressionnant de loyauté ; l’autre, par un timbre grave et doux, timbre de voix d’orateur, qui fusait, sous la moustache en brosse, entre les lèvres fines, chargée de vibrations sympathiques.

L’avocat paraissait joyeux, en verve, avait le front illuminé.

— Et donc ! on revient de la petite patrie ? lui dit le Père Fabien, quand ils se furent assis, après l’échange du premier bonjour.

— Oui, d’un pèlerinage de huit jours, commença Lantagnac. Et quelle huitaine, mon Père ! quelle huitaine ! Moi qui me croyais oublié là-bas. Ah ! bien oui ! Savez-vous que l’on m’a suivi presque jour par jour depuis vingt ans ? que ces pauvres parents n’ignorent rien de ma petite renommée ? Puis, tenez, si vous aviez vu avec quelle aisance, quelle joie franche, la vieille maison s’est prêtée à m’accueillir ! Rien du tout de la réception de l’enfant prodigue. On s’est ingénié à me faire oublier que j’avais pu être coupable.

— Soyez francs, leur disais-je ; vous ne m’attendiez plus ?

— Mais non, on attend toujours tant qu’on n’est pas venu, me répondait-on.