Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TROISIÈME VOLUME 1920-1928 103 Le Canada. Qu’allait faire le janissaire indompté en cette galère des sultans de la politique ? Et chacun de se demander combien de temps le loup porterait le collier du chien ? Un soir, — j’ha¬ bitais alors au no 2098 de la rue Saint-Hubert, — Asselin m’arri¬ vait affairé, le front soucieux, une lourde serviette sous le bras. En lui, je pus le constater dès les premiers mots, le frondeur res¬ tait bien vivant. Il venait m’annoncer son entrée au Canada, au poste de directeur. Et déjà il conspirait, ou du moins préparait ses batteries contre ses nouveaux maîtres. A la rédaction du jour¬ nal, il avait résolu de s’adjoindre des hommes de prestige et de toute sécurité; et il me nomma: Victor Barbeau88, Esdras Min- ville, et je ne sais plus quel autre. « Voyez-vous, me confiait-il, un journal quotidien, c’est une puissance. D’ici les élections, rien à faire. Mais après les élections, le journal pourrait servir à lancer une grande politique nationale dans le Québec. Seulement — il y avait un seulement — il fallait prévoir tout de suite les réactions des « boss » et se mettre à couvert. Moi seul, disait Asselin, rien de plus facile que de me mettre à la porte; si nous étions toute une équipe, l’opération serait moins aisée. » Il me priait donc de voir Barbeau, Minville et l’autre, et de les induire, coûte que coûte, à entrer avec lui au Canada. La démarche, je l’avoue, ne me tentait guère. Je ne le cachai point à Asselin. Je lui dis même la surprise, la peine que me causait sa nouvelle aventure. — Ainsi, lui fis-je observer avec un demi-sourire, vous serez le dragon enchaîné ? Nous étions en 1930 ou 1931, je crois. La grande crise du chômage sévissait à plein. La jeunesse battait la semelle, cher¬ chait un homme, un sauveur. Je me permis d’ajouter: — Mais, M. Asselin, c’est dans un autre rôle, vous le savez bien, que la jeunesse, vos amis souhaiteraient vous voir. La gran- 58.\tVictor Barbeau (1896-\t),\tjournaliste\tau\tDevoir, au Nationa¬ liste, à La Presse, à La Patrie, au Canada, etc.; professeur de langue et de littérature françaises à l’Ecole des Hautes Etudes commerciales (1925¬ 1962); à l’Université McGill (1937-1941); chargé de cours de coopération à l’Université Laval, Québec (1939-1943); à la SSJB de Montréal (1941¬ 1944); fondateur et premier président de La Familiale (1937-1960); fon¬ dateur et président de l’Académie canadienne-française (1944-1947, 1953-\t); fondateur et directeur de la revue Liaison (1947-1950); écrivain. Auteur de nombreux ouvrages.