Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


120 MES MÉMOIRES ticiens, surtout les nôtres d’Ottawa. Pour ma part, et je l’avoue sans plaisir, nos représentants, dans la capitale fédérale, ministres, sénateurs, députés, fonctionnaires, m’ont toujours paru, à peu d’exceptions près, faire œuvre de trahison. Trahison consciente ou inconsciente ? L’épithète importe peu. Ils auront été, depuis 1867, par étroite partisannerie, par ignorance le plus souvent, puis surtout par absence d’esprit national et d’esprit politique, ils auront été, dis-je, ce que l’on dénommerait aujourd’hui, avec ce que le mot comporte d’infamant,\tparticulièrement\ten\tFrance depuis la\tdernière\tguerre,\tdes «\tcollaborateurs »,\tc’est-à-dire d’aveugles ou stupides associés au service de la majorité anglo- canadienne. On ne me fera pas croire, en effet, que cinq à six mi¬ nistres dans le cabinet, une vingtaine de sénateurs, une soixan¬ taine de députés canadiens-français, le moindrement intelligents et doués d’esprit public et de courage, auraient laissé tourner la Confédération comme elle a tourné contre leurs compatriotes. J’ai souvent dit: « Imaginez une soixantaine de députés juifs à Ottawa défendant les droits d’une province qui serait la leur. Ou, si la comparaison paraît excessive, pensez plus simplement à des députés irlandais, champions de la même cause; et dites- moi quelle\ttournure\taurait\tpu prendre l’histoire ! » Je me\trappelle,\tà ce\tpropos,\tune visite que\tme\tfaisait, un jour, rue Sherbrooke, un M. Molson, député aux Communes anglaises. Il désirait savoir les causes de froissement entre les deux groupes ethniques au Canada. En réponse je lui fis une des¬ cription du fâcheux traitement que l’on nous inflige au gouverne¬ ment d’Ottawa. Je lui peignis notre déplorable situation écono¬ mique depuis 1760. Ce M. Molson m’écouta avec beaucoup de sympathie pour me répondre du ton le plus tranquille: — Mais, M. l’abbé, vous avez plus qu’une soixantaine de députés et de sénateurs à Ottawa; vous êtes maîtres du gouverne¬ ment de votre province, maîtres du gouvernement de vos gran¬ des municipalités. Alors... Cet « alors » voulait dire: De quoi vous plaignez-vous ? Jules Foumier a écrit un jour d’écœurement: « Rien n’est plus lâche à Ottawa qu’un député canadien-français. » Plus tard, Léo-Paul Desrosiers, au même poste, mais plus calme, a écrit presque la