Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


QUATRIÈME VOLUME 1920-1928 263 — Oui, de répondre Bourassa, j’ai fondé un journal; si j’en ai assumé la direction, c’est que personne ne voulait s’en charger à ma place. Je vous soumets donc une proposition: je raconterai mes Mémoires en dix conférences. Vous retiendrez les services d’un sténographe; je relirai sa copie et vous ferez, de mon texte, ce que vous voudrez. Marché accepté. Dans les premiers jours d’octobre 1943, André Laurendeau et Jean Drapeau m’arrivent: — Vous n’accepteriez pas de remercier Bourassa, après sa première conférence ?... Je me récrie... Je songe à cette hargne dont le cher homme n’a cessé de me poursuivre depuis au moins quinze ans. Je me rap¬ pelle là-dessus, les propos que me rapportait, de temps à autre, mon ami Edmond Hurtubise 6T. Je dis à mes jeunes amis: — Perdez-vous la tête ? Avez-vous envie de provoquer un éclat et de voir votre conférencier vous échapper par la premiè¬ re porte ?... — Non. Nous lui avons soumis la chose: si vous le voulez bien, M. Bourassa, M. Antonio Perrault vous présentera à l’audi¬ toire; M. l’abbé Groulx vous remerciera. Réponse: — J’en serai enchanté ! Je ne sais plus que penser. L’envoûtement funeste aurait donc pris fin et tout de bon. Le soir de cette conférence, je me rends un peu tardivement au salon de l’Ecole du Plateau où Bourassa attend au milieu de nombreux amis. En m’apercevant, je le vois encore qui s’avance, avec son sourire le plus bienveillant, la main tendue, les yeux luisants comme des tisons, encore plus noirs dans l’encadrement d’une chevelure complètement blanchie. L’homme qui me serre la main est bien le Bourassa du presbytère de l’abbé Perrier. Nul nuage, aurait-on pu croire, ne s’était jamais glissé en¬ tre lui et ses amis de ce temps-là. 67. Edmond Hurtubise, voir la note 19 de ce volume.