Page:Groulx - Mes mémoires tome II, 1971.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
63
troisième volume 1920-1928

passe… », étude démographique sur le Canada français ; allocutionnistes : Léon Lorrain et le juge Eugène Lafontaine[1], doyen de la Faculté de droit de l’Université de Montréal. L’abbé Olivier Maurault succède à Montpetit en janvier 1920 avec « Noblesse oblige », histoire des universités tracée à grands traits ; allocutionnistes : Arthur Surveyer, ingénieur et le Dr Joseph Gauvreau. À l’abbé Maurault succède Antonio Perrault. Sujet : « Le professeur d’université » ; allocutionnistes : Henri Bourassa et l’abbé Groulx. Puis vient Henri d’Arles avec pour sujet : « La culture française » et pour allocutionnistes, Orner Héroux et Georges Le Bidois, professeur de littérature française à l’Université de Montréal. Enfin Guy Vanier clôture la série avec « Nos énergies méconnues ».


Incident à la conférence d’Henri d’Arles

Ouvrirai-je ici une parenthèse pour relater un incident désagréable survenu lors de la conférence d’Henri d’Arles ? Pendant la Grande Guerre de 1914-1918 nos relations avec nos cousins de France sont devenues singulièrement tendues. Les chers cousins nous pardonnent mal nos résistances à l’impérialisme militaire de la Grande-Bretagne, et par suite, notre tiédeur à voler au secours de l’ancienne mère patrie. Peuple impérialiste, habitué, comme tous les peuples de cette sorte, à se faire servir et défendre, au moins partiellement, par des mercenaires ou par leurs coloniaux, les Français ne comprennent guère notre répugnance à sacrifier nos fils pour ceux qui n’ont pas eu le courage de s’en procréer. Pendant la guerre elle-même, notre attitude a déjà occasionné, ici et en France, d’assez vives et pénibles controverses. La guerre finie, le ressentiment, d’un côté comme de l’autre, persiste. Depuis toujours du reste, du moins encore à cette époque, les Français de France frayent peu avec les Canadiens français. Gros marchands, professeurs à McGill, consuls ou tous autres personnages officiels préfèrent fleureter avec la haute société

  1. Eugène Lafontaine (1857-1935), avocat ; c. r. ; député de Napierville à l’Assemblée législative (1886-1890) ; président de la Commission des Écoles catholiques de Montréal (1919-1928) ; doyen de la Faculté de droit de l’Université Laval de Montréal ; juge à la Cour supérieure (1906) ; juge en chef de la province de Québec (1922-1932).