Page:Grout - Passage de l'homme, 1943.djvu/53

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
PASSAGE DE L’HOMME

née a été bonne… ou trop mauvaise. »

Il était tard, personne pourtant ne songeait à dormir. On attendait que l’Homme continuât de parler. On savait qu’il avait encore des choses à dire et que ces choses ne pourraient être dites que ce soir-là, mais il se tut. Et Claire le regardait, comme en extase. Et la Mère vit sûrement ce regard, mais elle n’en parut pas fâchée.