Page:Guillot - Le dit des rues de Paris (1300), préface, notes et glossaire de Mareuse, 1875.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Droit en la rue Saint-Ylaire[1],
Où une Dame débonnaire
Maint, con apele Giete das ;
En contre eſt la rue Judas[2],
Puis la rue du Petit-Four[3],
Con apele le Petit-Four ;

    cette rue désignée sous le nom de rue des Sept-Voies. Ce dernier nom vient de ce que sept routes se croisent dans un champ de vignes qui se trouvait en cet endroit.

  1. De la rue de Savoie à la rue de la Chaveterie.

    Cette rue devint plus tard la rue du Puits-Certain, en raison d’un puits public construit par Robert Certain, curé de Saint-Hilaire.

    Les plans de Gomboust (1649) et de Bullet (1676), la nomment rue Fromentel, dont elle forme le prolongement.

    En 1700 elle reprit sa première dénomination, qu’elle doit à l’église Saint-Hilaire,

  2. De la rue Sainte-Geneviève-la-Grant à l’Être.

    Cette rue, devenue plus tard rue du Clos-Bruneau, tirait sans doute son nom de ce qu’elle était habitée par des Juifs. Elle a disparu presque entièrement lors du percement de la rue des Écoles.

  3. De la rue de Savoie à la rue du Moine.

    La rue du Four doit être confondue avec la rue d’Écosse, qui forme avec elle un retour d’équerre,