Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, I.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l’amour, Arthur, tiens, vous blanchit les cheveux, les miens.

Elle le contempla, elle se traîna sur sa poitrine, elle l’accabla de ses baisers et de ses caresses ; et lui, il restait toujours calme sous les embrassements, Froid sous les baisers.

Il Fallait voir cette Femme, s’épuisant d’ardeur, prodiguant tout ce qu’elle avait de passion, d’amour, de poésie, de f’eu dévorant et intime, pour vivifier le corps léthargique d’Arthur, qui restait insensible à ces lèvres brûlantes, à ces bras convulsil’s, comme l’attouchement du lézard au contact de la brute..lulietta était bondissante d’amour, comme Satan l’était de rage et de colère.

Elle passa bien des heures sur les joues d, ATÈl1UT, qui regardait le ciel azuré, qui pensait sans doute aussi à des rêves sublimes, à des amours, sans penser qu’il avait là, devant lui, dans ses bras, une réalité céleste, un amour d’exce tion, tout brûlant et tout exalté. Juliettal il la liaissa tomber épuisée ; puis elle tenta un dernier eH’ort... et courut vers les rochers les plus élevés et s’élança d’un seul bond ; il se lit un silence de quelques secondes, et Arthur entendit le bruit d’un corps lourd qui tombe dans l’eau. Et la nuit était belle, toute calme, toute azurée comme la mer, elle était douce, tranquille, et ses vagues venaient mourir mollement sur la plage, et puis les vagues roulaient, tombaient et apportaient sur le rivage des coquilles, de la mousse et des débris de navires. Une vint rouler longtemps, elle s’étendit au loin, puis se recula, puis revint ; elle déposa quelque chose de lourd et de grand.

C’était un cadavre de Femme.

— Eh bien ? dit Arthur, en regardant Satan. Et quand celui-ci eut vu que son Front était toujours pâle et uni, que son œil était sec et sans larmes : — Non ! non ! tu n’as pas d’âme, je me suis trompé,