Page:Guttinguer - Le Pont de Neuilly, 1837.djvu/3

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je ne suis pas surpris du paternel amour
Qu’entre tant de palais il a pour ce séjour.
Aux enfans que Dieu fit à notre ressemblance,
Le cœur, bien averti, garde une préférence.
En sortant de Versaille ou de Fontainebleau,
Je vois toujours le Roi sourire à ce tableau
De saules verdoyans, de sentiers sur la rive,
De peupliers touffus à la feuille craintive,
Et crois que ce bocage, aux sinueux chemins,
Lui plaît mieux que le marbre autour des grands bassins.
Saint-Cloud est au plaisir, Versaille est à la gloire ;
Fontainebleau, plus grave, appartient à l’histoire :
Neuilly, c’est le bonheur, la vertu, le vrai bien,
L’abri de la famille et du doux entretien.

Telle était ma pensée, assis sur le rivage
Où s’étend à plaisir l’immense paysage
Dont la riche ceinture environne Paris.
Je montai sur le pont, et de là je suivis,
Dans ses rians détours, notre onduleuse Seine,
De la ville immortelle, aux coteaux de Surène.

Un homme sur la rampe avec moi se pencha,
Et comme mon regard, le sien bientôt chercha,
Parmi les profondeurs de l’immense domaine,
La place où notre Roi s’arrête ou se promène.