Page:Hémon - Battling Malone pugiliste, 1925.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
134
BATTLING MALONE

monde de la boxe, et plus spécialement ceux du National Sporting Club, étaient un peu des officiers, dont les commandements étaient définitifs et sans appel.

Pat Malone, bien que le plus consterné des quatre, ne disait rien ; seulement il regardait ses trois compagnons l’un après l’autre, et tous les traits de son visage exprimaient une indignation naïve.

« Un champion d’Angleterre ! — clama Andy Clarkson d’une voix lugubre. — Un champion d’Angleterre qui veut déclarer forfait plutôt que de recevoir sa râclée comme un homme ! Qu’il pourrisse vivant, le damné lâche ! On devrait le forcer à monter dans le ring avec Pat, qu’il soit en condition ou non, pour qu’il emporte au moins avec lui une figure en marmelade et quelques côtes cassées dans le sale petit public-house où il veut prendre sa retraite ! »

« Écoutez !… Écoutez !… — crièrent les autres. — C’est ça ! »

L’entraîneur jeta le journal à terre avec un geste de dégoût, et un silence