Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 21 —


Profite du présent pour te réjouir, ô ami, car Adam lui-même a renoncé au Paradis dès que ses provisions furent épuisées.


Les mystères qui nous sont cachés derrière le rideau, demandes en l’explication aux buveurs pris de vin ; car, vois-tu, cette faculté n’a pas été donnée aux seigneurs dévots du clergé.


Oh ! mon pauvre cœur, le temps de ta jeunesse est passé sans que tu aies pu cueillir une fleur dans le jardin de la vie. N’essaye donc pas aujourd’hui de faire d’un grand renom, d’une réputation sage un ornement pour tes blancs cheveux[1].

    protection soixante et dix fois par jour. » Mohammed ibn Mohammed Darabi. Terdjumé lisan oul ghèib.

  1. Comme on le sait, le bien et le mal n’existent pas en réalité, et toutes nos actions, inscrites d’avance sur les feuillets de l’Univers, sont indifférentes. Ne t’occupe donc pas de l’opinion que les