Page:Hafiz - Quelques Odes, traduction Nicolas, 1898.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 45 —

Kaaba, notre pasteur ayant la sienne tournée vers le cabaret ?


Réunissons-nous donc tous chez le mar-

    subsister aucune tache et qui est elle-même une teinte. Si quelqu’un se rencontre qui soit de la couleur de Dieu et que vous l’appeliez, il vous dira : Ne parle pas, je suis Dieu ! Quelle est donc la couleur de Dieu ? et c’est cependant là ce qui fait dire à cet homme : Je suis Dieu. Le fer rouge prend la couleur du feu, mais ce n’est cependant que du fer. Dire : Je suis Dieu, est exactement la même chose que le fait pour le fer rougi de dire : « Je suis feu », prétention qui n’a aucune valeur, pas plus que celle d’une glace qui, reflétant le soleil, dirait : Je suis l’astre du jour !

    Ferid ud-dine Attar a écrit : « As-tu jamais vu qu’une créature ait été Dieu ou le soit ? En vérité, il se peut qu’une créature abandonne son essence et ses qualités, mais Dieu a dit : un homme ne sera pas Moi, mais il peut être comme Moi. »

    Les philosophes reconnaissent que Zeid et Amr ne sont qu’un, quant au sens, que l’homme et le cheval ne sont qu’un en tant qu’existence. Pour les Soufis « l’union » consiste en ceci : que la pensée soit une avec Dieu.