Page:Halden-Nouvelles études de littérature canadienne française, 1907.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Avis au Lecteur

Nous prions le lecteur de ne pas nous reprocher des omissions que nous réparerons bientôt. Nous eussions volontiers consacré une étude à Edmond de Nevers, au Frontenac de M. Myrand, à Marmette, à Philippe de Gaspé le fils, aux deux Garneau, à M. Th. Chapais et à bien d’autres encore. Nous attendons le prochain ouvrage de M. Alphonse Gagnon sur la préhistoire américaine pour payer à cet homme de lettres toute une dette de reconnaissance, et si nous ne disons pas ici à M. l’abbé Auclair tout le bien que nous pensons de ses Études, à M. l’abbé Huard tout le plaisir que nous avons pris à lire ses Impressions d’un passant, ce sont des lacunes provisoires, dont il faut accuser la nécessité de ne pas grossir démesurément le présent volume.

Nous tenons à remercier ici nos correspondants fidèles, à l’obligeance desquels nous avons eu vingt fois recours : Mme Gleason-Huguenin, Mlle R. Barry, MM. Ernest et Alphonse Gagnon, Ernest Myrand, Édouard Lemoine, A. de Celles, P. G. Roy, Adjutor Rivard, l’abbé Camille Roy, E. Z. Massicotte, et maint autre que nous n’oublions pas, M. le sénateur L. O. David, avec sa haute autorité, sa connaissance de l’histoire canadienne, et son iné-